7_057_05Ever-Heaven (Yoyo pour les intimes) m'a invité à répondre à un questionnaire. J'ai accepté, mais heureusement que je ne lui ai fixé aucun délai, il serait encore devant son écran à attendre mon message, avec les yeux rouges d'un lapin albinos! Malheureusement pour lui, il est actuellement à Londres (enfin, y'a pire comme malheur!), et ne pourra donc pas apprécier tout de suite mon génie dans un exercice imposé!

Règlement : Chaque personne décrit sept choses sur elle-même, celles qui ont été taggées doivent écrire sur leur blog sept choses qui les décrivent ainsi que le règlement. Elles doivent ensuite tagger sept personnes, les énumérer sur leur blog puis leur laisser un message les invitant à venir lire ce règlement.

Tout d'abord, je tiens à remercier Yoyo de n'avoir "taggé" que moi, son univers bloguesque étant des plus limités. Pensez si j'avais le choix! Je ne prendrais jamais le risque de dire non à un ado, on ne peut jamais prévoir les conséquences!

1.  Mon intelligence : Seule chose en moi en laquelle j'ai toujours cru. Personne ne pourra jamais me faire croire le contraire. Attention, je n'entends pas par là que je suis plus intelligent que quelqu'un d'autre, je ne fais aucune comparaison. Je dis juste que je suis intelligent, au même titre que je peux dire que j'ai les yeux marron. Et puis le premier qui me traite de prétentieux, je lui ferais voir à ce petit crétin écervelé!

2.   Ma lâcheté : Je suis d'une couardise sans nom. Non seulement j'ai du mal à assumer ce que je suis ou fais (enfin, tout dépend des domaines), mais j'ai peur de tout, en particulier de tout ce qui est nouveau et que je ne connais pas déjà (oh le beau pléonasme!). Il me faut toujours trois ans pour oser faire quelque chose, en particulier dans les domaines où je sais que je pourrais être jugé ou dans lesquels je sens que j'ai quelque chose à prouver, parce qu'ils me tiennent à coeur. J'ai aussi une fâcheuse tendance à éviter les conflits. Ce qui fait que je n'ouvre pas toujours ma gueule quand il le faudrait, ce qui peut me faire passer pour quelqu'un de passif ou d'hypocrite, au mieux de "mec pas chiant".

3.  Mon ironie : Volontairement, je n'utilise pas le mot humour, car nombreuses sont les situations où j'ai une réplique amère à balancer, alors qu'elle n'est pas forcément drôle. C'est juste que je ressens le besoin d'appréhender toutes les situations sous le biais du sarcasme. Une façon bien pratique d'éviter toute chose sérieuse qui me fait peur ou me met mal à l'aise. Il arrive que ces répliques soient maladroites et fassent du mal aux gens. Dans ce cas-là, je voudrais mourir sur place tellement je me sens mal.

4.   Ma mauvaise foi : Défaut que nous avons tous plus ou moins, j'ai un énorme mal à avouer que j'ai tort. Quand je sens que quelqu'un essaie de me démontrer le contraire de ma théorie, ou je me refnerme dans ma coquille pour éviter un conflit (cf. Paragraphe 2) ou je biaiserais par un trait d'humour, histoire que tout le monde soit content et quitte, et qu'on oublie bien vite cette histoire. Ce chapître comprend également la fausse modestie et la prétention. Ayant du mal à assumer certains de mes défauts, je jouerai la carte du mec fier d'avoir ce défaut et qui le revendique, comme un vrai connard. À l'inverse, j'ai aussi du mal à accepter les compliments. Ils me mettent mal à l'aise, me font facilement pleurer, et j'ai toujours du mal à admettre que ces personnes le pensent vraiment. Car je prends un compliment comme une responsabilité. Si une personne, par exemple, me dit qu'elle me trouve un talent quelconque, je vais prendre cette phrase comme une obligation de démontrer ce talent, ce qui me mets face à moi-même et me bloque.

5.   Ma fainéantise : Alors là, gros handicap dans ma vie. J'ai une tendance à repousser toujours jusqu'au dernier moment la moindre de mes entreprises, et à en faire le minimum syndical. J'ai vraiment du mal à m'investir à fond dans quelque chose. Certains diront que je n'ai pas encore trouvé ma voie. Mais bon, y'en a quand même qui sont bosseurs dans tout ce qu'il font. Je suis le spécialiste pour trouver autre chose à faire, passer le temps, buller, rêvasser... Tout ce qui peut me permettre d'éviter de travailler à fond. Et encore, quand je travaille, j'ai une fâcheuse tendance à rester en surface (commentaires de ma prof de philo). Je ne prends jamais le temps d'aller jusqu'au bout, malgré mes putains de capacités et mon foutu potentiel.

6.   Ma fidélité : En amitié, je suis du genre à vous coller aux basques. J'ai énormément de mal à me dire que les amis, ça peut venir et repartir dans la vie. Alors je fais tout pour être présent dans la vie de mes amis, quitte à être un peu envahissant. Je n'ai quand même pas gardé tous mes amis depuis que j'ai trois ans, mais mes vrais amis, je fais tout pour entretenir notre relation, si je sens que c'est réciproque. Phénomène probabalement dû à mon absence d'ami pendant de longues années de mon enfance. Cela peut avoir pour conséquence une certaine jalousie. J'ai du mal à accepter quand j'apprends que des personnes que je connais se sont rencontrées sans moi. Je pardonne et j'oublie facilement, mais ça me fait mal sur le coup. Et en amour... j'ai jamais eu le temps d'essayer!

7.  Ma mégalo : J'ai grandi avec cette idée qu'un jour, je serai quelqu'un de connu et reconnu, en tant qu'acteur ou chanteur. Je ne chante pas spécialement bien (enfin, pas de quoi passer dans "Le Hit des Inoubliables", non plus!), et j'ai jamais intégré une école de théâtre. Mon orgueil me fait croire que j'y arriverai facilement, alors que je suis conscient qu'il faut travailler énormément pour réussir. Un peu schizo, parfois! Disons que j'ai toujours eu cette impression que je suis fait pour être remarqué, et c'est en général ce que je fais, consciemment ou non. Il se passera toujours quelque chose qui fait que je me ferai remarquer! Parfois c'est profiteur, parfois non.

J'ai essayé de faire assez sincère et personnel, pour éviter ma couleur préférée, ou le poids de chocolat que j'ingurgite en une année, ou de vous raconter ma première cuite. Enfin, si vous voulez savoir, je peux toujours vous raconter! Elalyse, tu as bien compris que c'est là le travail dont je te parlais, donc tu vas t'y coller, ma vieille! JP, ça ne peut que t'amuser, toi qui adores les tests, donc fais-toi plaisir. Arnaud et Giovanna, dès que vous passez par là, vous n'aurez pas le choix, je veux tout savoir de vous (enfin, ce que je ne sais pas encore!). Burette, j'aimerais vraiment te voir jongler avec cet exercice imposé, le résultat sera sûrement excellent. Je laisse les deux dernières places aux gens de passage qui voudront bien s'y coller, mais dans ce cas-là, obligation de me prévenir!7_057_05