home_page1Je hais les camping-cars! Vous savez, ces espèces de cabines de douche sur roues qui roulent à 20km/h sur les nationales et qui prennent trois places de parking. Je les déteste. J'en suis presque au point de leur en vouloir du mal. Pourtant, il faut bien l'avouer, les camping-cars ne sont pas méchants. Pourtant, ils représentent à mes yeux toute l'arrogance et la décadence d'une génération qui commence à me sortir par les trous de nez. Récapitulons!

1945 : La France vient de subir une guerre de 6 ans, avec pertes humaines et matérielles incommensurables. La population est priée d'y mettre du sien afin de repeupler notre beau pays. Et que tout le monde se mette à niquer de tout son soûl et avec allégresse, fêtant là la fin de la guerre. Vous pensiez que la libération sexuelle s'était faite avec le Flower Power? Faux! En 10 ans, entre 1945 et 1955 les Français n'ont jamais autant baisé de leur vie. Pensez donc : pas de problème de maladie et aucune contrainte contraceptive : le pied intégral!
Voici donc arriver la naissance de ceux qu'on appellera les enfants du Baby Boum, ou Babyboumeurs. Bien sûr, ces milliers d'avortons prennent de la place, et il faut bien leur trouver des endroits ou s'instruire, histoire de foutre la paix aux parents. C'est donc dans la joie qu'on batît des écoles à tour de bras. C'est peut-être là que le problème commence. Car cette génération, au bout de quelques années, se transforme irrémédiablement en des êtres diaboliques et malfaisants : des adolescents. Avant leur arrivée, l'adolescent n'existait pas. On passait de garçon/fille à jeune homme/jeune femme aussi sec. On avait pas son mot à dire tant qu'on n'avait pas une situation et un foyer à soi. Mais dans les années 60, les adolescents, forcément, sont en nombre, et exigent donc d'avoir leur mot à dire et d'avoir un statut à part entière. Mais l'adolescent va-t-il se battre pour autant? Bien sûr que non! On l'a amené pour sauver la France, on lui a bâti une école rien que pour lui : il va pas commencer à bouger son cul pour si peu. On va laisser certains intellectuels et autres universitaires s'occuper de ça (et accessoirement se prendre des pavés dans la gueule). Pendant ce temps, l'adolescent lambda soutire à ses parents le moindre franc gagné pour le dépenser dans un mange-disques, les 45 tours, les boums et le flipper. Trop bath!
L'adolescent babyboumeur a donc gagné son statut de vache à lait commerciale à part entière, seulement il doit faire face au problème de tous les adolescents au bout d'un moment : il devient un adulte. Mais pas de souci à se faire. L'état se sentant responsable de son existence, il va se mettre en quatre pour créer de l'emploi un peu partout, et facilement, pour que Babyboumeur ne passe pas des années à galérer et ne rien faire. Accessoirement, il était quand même là pour rebâtir son pays. C'était l'époque bénie où on pouvait encore devenir professeur rien qu'avec le Bac (et sans passer par la case 93 sans toucher les 20 000 francs).camping_car_1
Et donc voilà notre Babyboumeur dans le monde du travail. Sauf qu'il a décidé que ce serait tout, sauf du travail. Il veut travailler moins, être payé plus, utilise le droit de grève pour protester à n'importe quelle occasion, que ce soit la reconnaissance des heures supplémentaires ou le manque de sucre dans la machine à café. Et puisque Babyboumeur se sent tous les droits, il en oublie facilement la gratitude. Il commence à parquer ses vieux dans une maison de retraite, parce que bon, maintenant qu'il a des loisirs, il va pas les passer avec des gâteux qui lui ressassent leurs années de guerre. Il se fait une situation bien confortable : pavillon en banlieue, cuisine aménagée, deux ou trois voitures, une télé dans chaque pièce et la maison de campagne. Et dire qu'il y a quelques années il était prêt à cracher sur le système. Quel jeune con il était, quand même!
Deux ou trois grèves plus tard, Babyboumeur a gagné une retraite à 55 ans. Et puis les choses étant bien faites, les progrès de la médecine lui donnent le pouvoir de rester dans ce monde bien plus longtemps que ses pauvres parents. Seulement, le travail, faut avouer que ça occupait entre deux films à la télé et deux séjours à la campagne. Maintenant Babyboumeur doit trouver une activité qui l'occupe 24h/24. Et c'est là qu'arrive : LE CAMPING-CAR!
Avec le camping-car, Babyboumeur va enfin pouvoir assouvir ses envies de faire chier tout le monde sans avoir la contrainte de revenir pour pointer au boulot. On lui avait dit : "Tu es là pour sauver la France." Maintenant, Babyboumeur estime qu'il a sauvé la France, et que maintenant, la France lui appartient! Babyboumeur, c'est Tony Montana! Un arriviste de première d'une ingratitude et d'un manque de respect sans borne. Le camping-car, c'est génial : il peut partir en vacances pendant que les autres travaillent, et donc les emmerder sur la route parce que lui, il est pas pressé, il est à la retraite! Il peut aussi se garer n'importe où, de préférence où il y une belle vue et très peu de places de parking. C'est important d'avoir une belle vue quand on se gare. Oui, mais juste quand on se gare. Parce que Babyboumeur, une fois qu'il est installé, il s'en fout du panorama, il veut regarder ses chaînes du satellite auxquelles est raccordée sa télé. Ben oui, quel est l'intérêt de partir en vacances si on risque de rater un épisode des Feudaniel_guichard_rosedor06x de l'amour ou Questions pour un champion?! Et puis il faut avouer que le camping-car, c'est super pratique, parce qu'on est pas obligé de s'arrêter à une station d'épuration pour vider les toilettes : on peut le faire en route, c'est beaucoup mieux! Et puis le must du must du camping-car : on peut avoir une photo dédicacée de Daniel Guichard. On peut même des fois penser qu'on partage quelque chose avec lui, un état d'esprit, une façon de vivre. On est en communion avec Daniel Guichard.
Alors voilà la triste réalité des choses. La France a subi, avec d'autres pays, la plus grande guerre de l'histoire moderne. Elle avait innocemment escompté que la génération suivante aller l'aider à se redresser de ses blessures. Elle ne s'attendait pas à enfanter l'arrogance faite homme, polluant chaque centimètre carré de nature que l'humain avait jusque là épargné. Elle voulait renaître de ses cendres, créer une population qui brillerait à travers le monde. Elle n'a produit que des fans de Daniel Guichard.

Alors oui, je hais les camping-cars, et j'estime que j'ai de bonnes raisons!